• Pourquoi sont-ils en voie de disparition ?

    L'Homme est majoritairement responsable de la disparition des 3 espèces : chasse, braconnage, ainsi que violation de leur habitat naturel en sont les principales causes.



         •  Chasse et braconnage


    Autrefois, les chasseurs tuaient des pandas roux pour fabriquer des bonnets avec leur peau, et des plumeaux avec leur queue. Heureusement la législation a interdit ce braconnage.

    Les hommes craignent le tigre parce qu'il est grand est fort, mais en réalité il n'attaque que s'il est menacé. De nombreuses histoires de tigres attaquant des hommes circulent donc de bouches à oreilles et les hommes se font une mauvaise idée de cet animal. Ainsi il est surnommé à tort "mangeur d'hommes".
    Les chasseurs ont beaucoup de fierté d'avoir tué un tigre, et ils revendent leur peau très cher (jusqu'à $ 28000) au marché noir, car la peau du tigre est très jolie et elle sert aussi à fabriquer des tisanes censées améliorer la mémoire.
    Chasseur fier
    Chasseur fier

    D’autres parties de l’animal sont également convoitées, surtout pour être utilisées par la médecine traditionnelle asiatique qui attribue aux organes du tigre des vertus presque magiques permettant de combattre diverses maladies :
      - Les dents sont réduites en poudre et utilisées pour soigner l’asthme et les maladies génitales.
      - Les os sont les organes les plus appréciés : on en fabrique des pilules, des pommades, du vin... Ils sont réputés pouvoir soulager les maux les plus divers, comme par exemple les rhumatismes, la malaria et les ulcères.
      - La queue est transformée en pommade pour soigner les maladies de la peau.
    Il faut savoir que la plupart des médicaments à base de tigre n'ont pas le moindre effet de guérison.

    Le braconnage des éléphants d'Asie porte essentiellement sur l'ivoire et la viande.
    Il est particulièrement important dans le nord-est de la Chine, où certaines personnes mangent de l'éléphant, et au sud de l'Inde, où 90 % des mâles portent des défenses (en Asie, l'éléphante ne porte pas de défenses, ainsi qu'environ la moitié des mâles).
    Peau, os et dents sont également de plus en plus recherchés dans différentes régions. La peau, par exemple, fait l'objet de contrebande en Thaïlande, où elle est transformée en sacs et en chaussures, et en Chine où les cendres sont utilisées pour traiter les ulcères et les blessures. La cendre des os est prescrite pour les problèmes d'estomac.
    Le commerce de l'ivoire est interdit depuis 1989, toute forme de braconnage est illégale, et l'éléphant est officiellement sur la liste des animaux en voie de disparition depuis 1990.



         •  Violation de l'habitat naturel


    Les animaux ont besoin d'un espace vitale, d'un territoire assez grand pour vivre, mais cet espace vital est violé par l'Homme pour le bois ou à cause de la pollution.
    D'une manière générale, la déforestation entraîne plus que la disparition des végétaux vitaux aux animaux, elle entraîne aussi le changement de climat : les animaux ne sont plus protégés du soleil comme ils l'étaient avec les arbres et le sol est plus sec. Cela est mortel à certaines espèces qui ont besoin d'humidité sans trop de chaleur par exemple.
    Effectivement, de 1950 à aujourd'hui, les forêts d'Indonésie ont diminué de près de 70% : leur surface est passée de 160 à 48 millions d'hectares.


    On rencontrait avant des pandas roux dans toute l'Himalaya, mais ils ne vivent plus maintenant que dans l'est de l'Himalaya, au Népal au Bhoutan et au Tibet, au nord de la Birmanie, dans les provinces chinoises du Sichuan et du Yunnan. Ils se trouvent dans des forêts de sapins, de chênes, de rhododendrons et de bambous, entre 1800 et 4000 m d'altitude.

    Situation du panda roux
    Situation des pandas roux  (source : animalworld.oldiblog.com)

    Or, le bambou est directement touché par la déforestation : il met 10 à 100 ans pour fleurir, et dès qu'il fleurit il met 10 ans à repousser à une taille suffisante pour que le panda puisse en manger. C'est un végétal en voie de disparition et sa disparition entraînerait celle du panda roux qui ne pourrait plus se nourrir. Il est donc nécessaire de protéger le bambou de la déforestation pour sauvegarder le panda roux. En effet, une nouvelle étude estime que la moitié des 1200 variétés de bambous du monde pourraient être menacées d’extinction suite à la destruction massive de forêts.

    De plus, des mesures réalisées par des chercheurs français et italiens depuis la station de surveillance atmosphérique Nepal Climate Observatory (5 079 m : la plus haute du monde), au Népal, révèlent une pollution comparable à celle des grandes villes européennes, ce qui nuit fortement aux pandas roux du Népal.
    La réduction de son habitat naturel est d'autant plus importante que l'on assiste à une expansion démographique de l'Asie.


    Les grands carnivores sont des témoins de la déforestation massive, c'est pourquoi il faut protéger l'habitat du tigre royal pour sauvegarder son espèce. Parmis 37 félins sauvages, 25 se trouvent sur la liste des animaux en voie de disparition.

     Le tigre du Bengale vit dans la région des Sundarbans de l'Inde et du Bangladesh, dans l'Inde centrale et du Nord ainsi qu'en Birmanie et au Népal. Il a besoin d'un large espace vital pour pouvoir chasser : 60 km² en moyenne pour un mâle, mais il peut dépasser 100 km², et 30 km² en moyenne pour une femelle. Comme c'est un animal solitaire, même une petite population a besoin d'une aire étendue où vivre et chasser. Un tigre a plusieurs tanières sur son domaine vital et utilise celle qui lui convient le mieux sur le moment. Il peut vivre aussi bien dans la jungle, dans une forêt humide ou au milieu d'une vaste étendue marécageuse, dans les bambous et les roseaux.

     Répartiton des tigres du Bengale
    Répartition des tigres du Bengale

    Heureusement pour lui, le tigre vit généralement dans des endroits inaccessibles pour l'Homme (dans les mangroves marécageuses avec des crocodiles et des serpents, en pleine jungle,...), ce qui lui laisse une chance de survivre.


    Le territoire des élép
    hants d'Asie a fortement diminué au cours du siècle dernier, et le nombre d'éléphant en Asie correspond à un dixième du nombre d'éléphants en Afrique. Effectivement, l'éléphant d'Asie est réparti en populations éparses, au sud et au nord-est de l'Inde et au Sri Lanka, au Vietnam, dans la province Yunnan en Chine, et au sud des îles Sumatra et Bornéo. 57% des éléphants d'Asie vivent en Inde.

    Répartition des éléphants d'Asie

    Répartition des éléphants d'Asie (source : WWF Belgique)

    L'éléphant d'Asie aime les forêts denses ombragées où la nourriture et l'eau sont en suffisance. Il a de moins en moins d'espace pour vivre car l'Homme envahit son habitat, ce qui mène quelquefois à des conflits : l'éléphant peut ravager les cultures et l'Homme, en retour, le tue.
    L'éléphant est menacé également par l'expansion démographique rapide de l'Asie.
    De plus, certaines plantes ont besoin de l'éléphant pour vivre : leurs graines doivent être passées par son système digestif pour germer, et elles poussent dans la bouse de l'éléphant qui leur fait un très bon engrais.